Le Sud-Ouest

Secteur-sud-ouest

« J’aime l'exaltation du centre-ville tout en appréciant l’héritage laissé par l’architecture des bâtiments anciens.»

Lesley Wright, spécialiste du secteur

Un peu d’histoire

Constitué en arrondissement en 2002, le Sud-Ouest compte plusieurs quartiers (Pointe-Saint-Charles, Petite-Bourgogne, Saint-Henri, Côte-Saint-Paul et Émard) et un secteur (Griffintown). Comme Griffintown défraye la chronique depuis plusieurs années, examinons un peu comment il a acquis son nom. En 1654, les terres ont été concédées à Jeanne Mance, et les lieux étaient nommés fief de Nazareth. Vers 1783, un promoteur irlandais au nom de Thomas McCord signe un bail emphytéotique de 99 ans pour développer le fief de Nazareth. En 1804, le fief, dont Mary Griffin est propriétaire de plusieurs lots, devient connu sous le nom de Griffintown.

Un peu de géographie

Avant même qu’il ne soit constitué en arrondissement, le Sud-Ouest existait et avait sa personnalité propre. Considéré comme une région de Montréal, il regroupait les quartiers situés à l’ouest du centre-ville, de part et d’autre du canal de Lachine, et à la frontière des anciennes municipalités de LaSalle, Verdun et Westmount.

Un peu de démographie

Selon les données sociodémographiques publiées en juillet 2014, l’arrondissement du Sud-Ouest est le treizième arrondissement le plus populeux de la ville de Montréal et abrite près de 72 000 habitants, soit 4,3 % de la population totale de la ville, répartis sur un territoire de 15,7 km2. Plus de la moitié des quelque 17 245 familles du Sud-Ouest ont des enfants vivant à la maison. Au total, on compte 17 710 enfants à la maison, plus de la moitié de ceux-ci étant âgés de 14 ans ou moins. L’arrondissement compte près de 37 000 ménages parmi lesquels ceux qui sont composés d’une seule personne sont les plus fréquents (44 %).

Bon à savoir

L’arrondissement du Sud-Ouest compte parmi les secteurs offrant les meilleurs potentiels de développement à Montréal; presque la moitié de son territoire est composé d’espaces ou de zones en transformation, d’anciennes usines à réaffecter et de secteurs complets à redéfinir. À découvrir ou à redécouvrir : le canal de Lachine, qui s’étire sur une quinzaine de kilomètres; le Marché Atwater, ouvert depuis 1933; le parc Angrignon, inspiré par le design des jardins anglais du XIXe siècle et le Théâtre Corona, datant de 1912 et reconnu pour l’originalité de sa façade.